Barika FLE
Chers collègues : bienvenue à vous ,ce lien est le

votre ,enrichissez le ,il est à votre service .
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Derniers sujets
» solutions des exercices de manuel 2AM
Lun 13 Nov - 18:28 par Yessad

» Compréhension de l’oral P3 S2 4AM
Ven 3 Nov - 21:34 par hanane89

» : La synthèse de deux documents :
Mer 25 Oct - 0:29 par sabeur

» Le compte rendu critique (cours avec modèle pratique):3AS:
Mer 25 Oct - 0:24 par sabeur

» Devoir de français n°1 niveau :2am
Sam 21 Oct - 15:54 par Faiçal

» Composition de français du 1er trimestre Niveau : 4ème AM :
Sam 21 Oct - 15:47 par Faiçal

» Exercices sur le texte argumentatif :
Mar 17 Oct - 9:21 par fouatih

» EXEMPLE D ACTIVITES FAISABLES EN TD 4AM
Mar 17 Oct - 9:14 par fouatih

» Répartition annuelle 2AS/
Sam 14 Oct - 12:42 par madiland

» citation et proverbe
Dim 1 Oct - 14:14 par cheraga nadjet

» composition 3AM 3eme série
Ven 5 Mai - 19:27 par amouna

» Un CD contenant le programme et les fiches de la 1AM :
Lun 24 Avr - 19:38 par aboudaboud

» Texte sur les énergies renouvelables _1AM_P3_à exploiter au devoir ou en composition 3
Dim 16 Avr - 16:34 par janina janina

» toutes fiches pédagogiques de la 4em année moyenne
Sam 11 Mar - 20:08 par adim

» Composition 3AM Trimestre 2
Mer 8 Mar - 21:05 par oumselmane

» fiches 1am 2G
Mar 28 Fév - 18:41 par mazari mina

»  P2. S2. Compréhension de l'oral :Support : « document sonore » + pages 111 /112.niveau:4am:
Lun 20 Fév - 20:03 par gamra

» Y a-t-il un guide de professeur
Ven 17 Fév - 16:25 par Mme Médjani FZ

»  Composition du troisième trimestre 4AM
Dim 12 Fév - 19:20 par Mme Médjani FZ

» Etude de texte4AM
Dim 12 Fév - 19:13 par Mme Médjani FZ

Partenaires




Les règles de l’épreuve de résumé de texte:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les règles de l’épreuve de résumé de texte:

Message par Admin-S Kamel le Mar 25 Fév - 18:06

Les règles de l’épreuve de résumé de texte:


L’épreuve de résumé de texte se caractérise par la nécessité de respecter diverses règles se rapportant au fond ainsi qu’à la forme de l’exercice.
La méconnaissance, l’oubli ou le mépris de ces règles provoquent des déboires pour beaucoup de candidats. Il importe donc de les étudier de près, d’y réfléchir, et de bien les avoir à l’esprit le jour du concours.
Voyons maintenant de façon plus précise les règles de fond et les règles de forme.
Règles de fond

Le résumé de texte est une « réexpression », dans une forme brève et claire, de l’essentiel de la pensée de l’auteur.
Cette définition implique le respect des deux points suivants qui sont essentiels : d’une part fidélité au texte de base, et d’autre part clarté et concision.

- Fidélité au texte de base

La fidélité au texte de base doit se marquer par la reprise exacte et, si possible, exhaustive, des idées principales du texte. Il vous faut, bien entendu, faire preuve d’objectivité et de neutralité. Enfin, et c’est peut-être le plus délicat, il vous faut faire un bon usage des mots ou expressions du texte lui-même.
Nous allons maintenant reprendre ces trois séries de mots clés :
• exactitude et exhaustivité : le résumé doit reprendre toutes les idées importantes du texte de base (et elles seules), sans extrapolation ni interprétation. Les enchaînements entre les idées doivent être respectés ainsi que l’ordre d’énumération de l’auteur, si possible (ceci pose le problème de l’autonomie du plan du résumé par rapport à celui du texte de base ; ce point sera étudié dans la 2e partie) ;
• objectivité et neutralité : le résumé de texte n’est ni une analyse, ni un commentaire. Il ne doit comprendre ni critiques, ni approbations. Et, bien entendu, aucune digression.
Le rédacteur du résumé a une mission essentielle, mais unique : il doit se contenter de refléter avec précision et fidélité la pensée de l’auteur. Il s’agit d’une exigence importante, qu’il est parfois difficile de respecter en raison du caractère subjectif de la lecture d’un texte. Le candidat devra se garder d’une tendance inconsciente consistant à projeter dans un texte ses propres conceptions. Ou encore à ne sélectionner que ce qui l’intéresse personnellement. Il faut donc faire abstraction de ses soucis ou intérêts personnels, et se concentrer sur le texte et la pensée de son auteur. Bien assimiler le texte, bien comprendre la pensée de l’auteur, et s’y tenir ;
• le bon usage des mots du texte : certains enseignants ont prétendu qu’il faut récrire le texte en utilisant un « vocabulaire personnel ». Un tel conseil est souvent mal interprété par les candidats, qui croient devoir changer à tout prix les mots du texte. Certes, il est bien des cas où des mots propres ou des expressions concises remplacent avantageusement des termes vagues ou des locutions peu précises.
Mais si le texte lui-même est déjà précis, vous risquez de graves ennuis si vous voulez changer les termes, notamment dans le domaine administratif et juridique. Le jury sanctionnera alors sévèrement les faux-sens ou les contresens. Donc nous tenons à rappeler un principe de prudence élémentaire à cet égard. La rigueur du vocabulaire est certainement aussi importante dans le domaine administratif et juridique que dans le domaine scientifique. Cela a été maintes fois prouvé au cours des procédures contentieuses et même dans les relations internationales.

- Clarté et concision

Le résumé doit être conçu de manière à être rapidement intelligible par quelqu’un qui ne connaît pas le texte d’origine. (Dans la pratique, c’est le plus souvent la raison d’être de ce travail, notamment dans l’administration et les services de documentation et communication). Ici encore, le rédacteur du résumé doit dépasser sa subjectivité dans la reformulation du texte, en imaginant les attentes du lecteur potentiel. La concision est la qualité qui s’oppose à la prolixité, à la phraséologie, à la redondance.
L’entraînement au résumé de texte vous permettra d’acquérir cette qualité, qui vous sera précieuse dans la vie administrative. « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement », Boileau.
Qualités de forme

- Remarques générales et conseils

Dans les examens ou concours, le nombre de mots avec lequel le résumé doit être rédigé est le plus souvent indiqué aux candidats. Le taux de réduction utilisé est fréquemment proche du dixième du nombre de mots du texte initial (pour les textes assez longs). Parfois, c’est le quart ou le cinquième (pour des textes courts).
Cependant, cette proportion peut varier en fonction de plusieurs considérations et, en particulier, de la complexité et de la densité du texte proposé.
Assez souvent, une possibilité de fluctuation est autorisée (de l’ordre de 5 à 10 %). On emploie aussi l’expression « la marge ». Ou encore celle de « tolérance en dépassement ».
Il importe de respecter les indications données. Il ne faut faire usage de la « tolérance » en dépassement que si le jury l’a expressément prévue ; les résumés trop courts, et peut-être plus encore les résumés trop longs sont sévèrement sanctionnés par les jurys (certains jurys peuvent décider, par exemple, d’enlever deux points par tranche de cinq mots en trop – ce qui, dans certains concours, provoque des centaines de notes éliminatoires, ou même nulles).
Cette observation est d’ailleurs justifiée : l’épreuve de résumé de texte change de nature et de sens en fonction de la contraction apportée au texte d’origine.

La solution la plus élégante, consiste évidemment à « tomber tout juste » sur le nombre de mots requis. Cela n’est point une gageure ; il est possible d’y parvenir facilement avec un peu d’entraînement. Cela peut souvent faire gagner un point de bonification.

Lorsque la longueur du résumé n’est pas précisée, le candidat est évidemment plus libre (c’est le cas, notamment, au baccalauréat) Lorsqu’il s’agit d’un texte assez bref, vous pouvez le résumer au quart ou au cinquième. S’il s’agit d’un texte très bref, vous pouvez le réduire de moitié (mais il ne faut certainement pas faire moins : si vous ne réduisez même pas un texte de moitié, l’exercice perd sa signification, et devient un simple « recopiage »).
Lorsqu’il s’agit d’un texte long, un résumé au dixième peut être recommandé.

Le jury fixe quelquefois un nombre de pages manuscrites (deux, trois ou quatre pages). Le nombre de mots effectif de votre résumé dépend alors de votre écriture.
Vous avez, en principe, intérêt à serrer la présentation pour écrire le maximum de mots en respectant le nombre de pages fixé par le jury.
C’est aussi, simplement, une question de bon sens et de mesure : il ne faut pas exagérer ni dans un sens ni dans l’autre. Une bonne solution consiste alors à fixer un barème vous-même, en comptant rapidement le nombre total des mots du texte (ou simplement de dix lignes du texte, puis en extrapolant), et en faisant une rédaction se situant, selon le volume plus ou moins grand du texte initial, entre le dixième et le cinquième.

Nous en profitons pour vous signaler que vous avez intérêt à évaluer votre écriture.
Par exemple, vous pouvez écrire huit mots par ligne, pour un total de quinze lignes par pages avec une présentation aérée. Vous obtenez alors un chiffre (approximatif) de 120 mots par page.
Si vous écrivez de façon plus dense, vous pouvez aller, par exemple, jusqu’à dix mots par ligne, pour vingt ou vingt-cinq lignes par page. Vous obtenez alors un total de 200 à 250 mots par page.
Il sera bon d’apprendre à « calibrer » votre rédaction. Il sera également intéressant de calculer le taux de conversion de vos pages manuscrites en pages dactylographiées. Cela peut vous être utile pour d’autres types de travaux.

- Décompte du nombre de mots (longueur du résumé)

Dans le résumé de texte, le terme « mot » est entendu dans son sens courant. Ainsi, tout article, même élidé, toute proposition, même réduite à une seule lettre, compte pour un mot ; de même les mots reliés par un trait d’union doivent être décomptés individuellement.
Exemple : « chef-d’œuvre » = 3 mots ; « c’est-à-dire » = 4 mots.

Les sigles sont, en principe, prohibés. Il ne faut en utiliser dans votre résumé que s’ils sont vraiment passés dans le langage courant (exemple : la SNCF ou l’ONU), ou s’ils figurent dans le texte de base lui-même (dans ce cas, le jury pourra tolérer que vous reproduisiez des sigles moins connus).
Voici une technique recommandée : lorsque vous avez à mentionner une institution, vous donnez d’abord son titre complet. Exemple : le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Après avoir énoncé la dénomination complète, vous pourrez ensuite utiliser le sigle : le CNESER.
Autre exemple pour des autorités administratives indépendantes (AAI). Ainsi, après avoir mentionné le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), ou la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), vous pourrez utiliser les sigles CSA et CADA.

- Correction du style et syntaxe

Le résumé est une « réexpression » du contenu du texte dans la langue et le style du candidat (à condition qu’il s’agisse d’un style écrit correct). Il s’agit de résumer l’essentiel de la pensée de l’auteur et non pas simplement d’une suite de mots. Cela signifie qu’un résumé n’est ni une suite de phrases tronquées, ni une suite de citations (bien qu’il ne soit pas interdit de reprendre une phrase du texte particulièrement importante et synthétique).
Une erreur parfois commise dans cette épreuve consiste à construire des phrases étriquées ou « boiteuses » par souci d’économiser les mots. Le candidat doit s’efforcer, au contraire, de bien rédiger, dans un style aisé et dans une langue claire (le style télégraphique est à proscrire).
Enfin, il n’est pas inutile de rappeler que la grammaire et l’orthographe doivent être respectées. Ces points qui sont communs à toutes épreuves aboutissant à une composition écrite, ont peut-être proportionnellement encore plus de poids en ce qui concerne l’épreuve de résumé de texte, où la dimension de la rédaction finale est réduite. Il est bien évident que l’orthographe doit être impeccable puisque le candidat a sous les yeux tous les mots du texte de base. Le candidat serait alors impardonnable s’il introduisait des fautes.
Comme l’ont affirmé divers jurys dans leurs rapports, un bon résumé doit s’efforcer d’être une RE-CREATION. Soucieux d’éviter les jeux de mots trop faciles, nous n’irons pas jusqu’à déclarer que cet exercice doit être aussi une « récréation ».
Nous souhaitons, en tout cas, qu’il ne soit pas pour vous une corvée, et nous espérons que vous le pratiquerez avec intérêt et profit. Il vous sera utile sur le plan personnel comme sur le plan professionnel. A cette fin, il importe de mettre au point de bonnes méthodes de travail.
avatar
Admin-S Kamel
Admin

Messages : 2142
Date d'inscription : 07/07/2013
Age : 51

http://barikafle.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les règles de l’épreuve de résumé de texte:

Message par le Barikien le Mer 26 Fév - 18:51

bon exposé

le Barikien

Messages : 438
Date d'inscription : 05/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum